08 juin 2018

LV 20g « Marianne et la Jeunesse » sans barre phosphorescente (68e salon d'automne 20143)


Phil@poste est devenu un "modèle" pour le recyclage par déstockage des stocks avant l'arrivée d'une nouvelle collection ou pour suite d'invendus suite à des prévisions de vente trop élevées...!!!

En 2014, la direction de Phil@poste avait recyclé les invendus de 2013 en apposant une surcharge.



En 2018, le service marketing ne doit plus avoir d'idées (les surcharges des timbres datent des années 1920...!), à moins que le service financier n'ait pris le pouvoir.

En effet pour écouler les invendus de la « Marianne et la Jeunesse » la direction de Phil@poste a validé de nouvelles surcharges sur deux valeurs (0.10€ et Lettre verte 20g).


Si on y ajoute la reprise des anciens poinçons réalisés en taille-douce réunis dans un bloc-feuillet cela commence à en être risible...


A l'époque où tous les services marketing essaient de trouver de nouveaux concepts le service marketing de Phil@poste ressort de vieilles ficelles qui ont 100 ans...

Une remise en cause, à tous les niveaux et probablement à la tête, devient nécessaire sous peine de perdre définitivement tous les collectionneurs et fait plus grave pour l'avenir toute la nouvelle génération de collectionneurs qui se spécialiseront sur des niches philatéliques. 


Si on y ajoute le mode de distribution (vente uniquement sur place et pendant des grèves SNCF) il ne faudra pas que Phil@poste vienne pleurer que ses objectifs financiers ne soient pas atteints suite à une baisse des abonnements des provinciaux.

Les produits doivent être accessibles à tous avec une égalité parfaite.
Dans le cas présent les provinciaux seront encore les dindons de la farce... alors qu'ils sont majoritaires dans le paysage philatélique.

Il suffit de déambuler dans le quartier Drouot pour se rendre compte que la vie philatélique française n'est plus dans ce quartier historique et s'est déplacée.
Dans moins de 10 ans, 80% des enseignes auront disparu. Seules 2-3 enseignes historiques perdureront.

2 commentaires:

Vince LeDunois a dit…

Toutes mes félicitations à Philaposte pour ces émissions ringardes qui font la joie des spéculateurs ("bis repetita placent")
Cela vaudra des clopinettes quand la majorité des collectionneurs de timbres aura disparu ;
les philatélistes sont une espèce en voie de disparition, le spéculateurs non.
Mais à qui profite le crime ?

Anonyme a dit…

Le crime profite aux spéculateurs et à ceux qui ont pu se déplacer vendredi sur Paris!
Les autres seront déçus.