09 mai 2018

LP 20g rouge « Marianne et la Jeunesse » sans barre phosphorescente (67e salon d'automne 2013)


Lettre affranchie avec un timbre Lettre prioritaire 20g rouge « Marianne et la Jeunesse » sans barre phosphorescente issu du bloc-feuillet vendu lors du 67e salon philatélique d'automne 2013.


Philatéliquement parlant ce bloc-feuillet à l'état neuf tout comme celui réalisé en 2014 surchargé pour écouler les stocks invendus (!) a peu d'intérêt.
Il a uniquement permis à Phil@poste de financer son stand durant le salon et à certains petits malins de faire des plus-values sur le dos de collectionneurs n'ayant pas pu se déplacer sur Paris lors de la manifestation philatélique.


Sur lettre non confectionnée par des philatélistes, les timbres issus de ce bloc-feuillet deviennent de vraies raretés de la philatélie moderne.

Les timbres du bloc-feuillet sont facilement identifiable par leur aspect:
- absence de barre phosphorescente,
- papier brillant très caractéristique. 


Les deux nouvelles feuilles surchargées qui seront vendues lors du prochain salon de la FFAP début juin (voir sur le site de la FFAP le message du 26.04.18) seront à l'image des dernières émissions du genre:
- sans intérêt philatélique à l'état neuf,

- rares mais peu collectionnées (!!!) sur lettre non philatélique.

Les plis fabriqués ont peu d'intérêt mais malheureusement beaucoup sont en vente sur des sites d'enchères.

12 commentaires:

Anonyme a dit…

Ne relançons pas la polémique mais à partir du moment que la lettre a circulé c'est un objet postal comme les autres.Ce n'est pas le destinataire qui détermine les caractéres de l'objet mais son utilisation postale.

TIMBREPHOSPHO a dit…

C'est un débat qui mériterait d'être débattu...

Anonyme a dit…

mais s'envoyer des lettres uniquement pour les revendre, je trouve que cela n'est pas un objet postal comme un autre.

Anonyme a dit…

Quelles différences?

Anonyme a dit…

En expo compétitive les plis philatéliques sont pénalisés s'ils sont trop nombreux.

Anonyme a dit…

Comment reconnaître un plis philatéliques si c'est un objet postal qui a circulé?

TIMBREPHOSPHO a dit…

Ne soyons pas naïfs tout collectionneur sait parfaitement reconnaître un pli effectué par un collectionneur (positionnement du timbre, nom du destinataire, timbres en Franc, timbre hors période de mise en vente, combinaison improbable, timbre vendu uniquement dans des circuits philatéliques,...).

Anonyme a dit…

On hallucine.Une lettre doit être affranchie avec un timbre au bon tarif de poids et de zone de pays pendant sa période de vente au guichet.

Anonyme a dit…

Une lettre doit être affranchie au bon tarif, dans la bonne devise (donc exclusion de tous les timbres avant 2001) et si possible dans sa période de vente pour avoir un intérêt dans une collection.

TIMBREPHOSPHO a dit…

Bonjour,
Je pense que la période d'utilisation normale du timbre doit être le critère à mettre en avant.
Bien entendu un tarif correct est indispensable.

Dans une étude sur le Pho je ne me vois pas illustrer une évolution des barres Pho de 1989 avec un timbre émis en 1970 tout comme un spécialiste du type Pasteur illustrer un tarif de 2015 avec un 50c vert Pasteur de 1941!

Un pli envoyé à une administration, à une entreprise,... aura toujours plus d'intérêt qu'un pli "parfait" confectionné par un collectionneur pour un autre collectionneur.
Cependant certains plis sont extrêmement difficiles à trouver mais c'est ce qui fait le charme de la philatélie, trouver la pièce peu commune que personne n'aura vu!

Anonyme a dit…

Si le législateur faisait correctement son travail sans pression de lobbies (sic!) tous les timbres d'avant 2000 seraient démonétisés et ne pourraient plus être utilisés.

En dehors du circuit philatélique traditionnel, à combien estime-t-on le nombre de timbres en franc encore sur le marché? Probablement très peu, moins qu'un tirage normal d'un timbre moderne.

TIMBREPHOSPHO a dit…

Le nombre doit être très faible, je l'estime à moins de 50000 timbres si on exclue les stocks du négoce et des collectionneurs.
Donc pour la Poste le sujet n'existe pas et cela ne vaut pas la peine de mettre en place des procédures lourdes et coûteuses.
La fraude avec des timbres en franc (déjà rentré en comptabilité) doit être anecdotique au regard du volume traité. La Poste doit d'avantage se concentrer sur les faux provenant d'Asie occasionnant un préjudice financier d'une autre ampleur.