01 janvier 2017

L'année 2016 est passée, bienvenue à l'année 2017...


L’année 2016 aura été une année riche avec :
- l’acquisition de plusieurs pièces importantes dans l’étude des barres phosphorescentes,
- une première présentation d’une collection au niveau national (« La luminescence au fil du temps »),
- plusieurs articles publiés.



1. La présentation d’une collection dans le cadre d’une exposition philatélique, avec des règles donc des contraintes,  apporte beaucoup.

Elle permet de :
- sortir des albums des pièces philatéliques dont certaines sont rarement présentées,
- se confronter aux remarques constructives (ou pas !!!) des jurés et des collectionneurs,
- rencontrer des collectionneurs autour des supports favorisant les échanges,
- progresser en se remettant en cause,
- d’élargir son champs d’étude avec des sujets annexes délaissés auparavant.

C’est une approche très différente de la construction d’un site ou de l’animation d’un blog mais désormais je suis convaincu que l’une ne peut exister pas sans l’autre.
Toute personne ayant atteint un niveau national avec une collection devrait présenter celle-ci sur un site ou un blog pour en faire profiter le maximum et montrer qu’il n’y a pas que les albums Y&T ou autres pour classer des timbres !

Les pièces sont les mêmes, les informations sont les mêmes mais plus détaillées dans un site du fait de la non contrainte du nombre de pages (80 pages A4 au niveau national c’est peu !), le plan est souvent le même,… mais la population ciblée est différente (beaucoup plus large pour un site). 

Je présenterai en 2017 à Cholet une nouvelle présentation complètement différente et plus aboutie.  Il y a des erreurs de débutant qui peuvent être corrigées rapidement si on sait observer et écouter…!
Après le résultat obtenu repose sur l’intérêt d’un jury pour un thème et de la concurrence des autres collections généralement d’un très haut niveau.


2. 2016 aura également été marquée par la décision de débuter une nouvelle collection portant sur l’étude postale du 25c chamois Semeuse camée.
C’est un timbre peu collectionné mais avec :
- une durée d’utilisation longue,
- de multiples utilisations postales à la veille de la seconde mondiale.
Je découvre l’histoire postale mais c’est le but de cette nouvelle collection. L’avenir nous dira jusqu’où elle ira !
 

3. La collaboration à la mise à jour du catalogue SPINK (partie sur les timbres d’usage courant) aura été enrichissante et passionnante.
Le travail réalisé en collaboration avec plusieurs collectionneurs est colossal et met enfin la philatélie moderne au même rang que la philatélie classique au niveau des informations dans un catalogue.

SPINK a eu le mérite de faire confiance aux collectionneurs.
Les collectionneurs peuvent mesurer le travail accompli même s’il y a encore des améliorations/modifications à apporter. Tout ne peut être réalisé en 3’…


4. Enfin (!!!) la définition d’un timbre sans barre phosphorescente a été écrite en collaboration avec l’expert Christian Calves et Dominique Sellier et publiée dans diverses revues philatéliques.
Désormais plus personne ne peut se prévaloir d’avoir son interprétation personnelle.
Nous avons en commun observer différents timbres et valider une méthode d’évaluation ainsi que le matériel utilisé.
Il aura fallu 40 ans pour avoir une définition validée par un expert…
 
Dommage que le négoce parisien ne joue pas complètement le jeu.
Nous commençons à voir en nombre des timbres (probablement refusés par Christian Calves) signés par d’autres experts qui jusqu’à peu refusaient de signer des timbres sans barre phosphorescente.
Le copinage de la rue Drouot existe toujours quand il y a des intérêts financiers au détriment du collectionneur incrédule…
Sachez boycotter ces « professionnels » qui sont une vraie gangrène pour la philatélie et exiger une signature d’un expert spécialisé dans l’analyse des barres phosphorescentes (C. Calves ou P. Marziano) avant l’acquisition d’un timbre sans barre phosphorescente.
Le renouveau de la philatélie ne pourra exister que par l’éradication de certaines pratiques peu glorieuses de quasiment toute une génération pour ne pas dire d’un quartier. 


Les pessimistes trouveront que c’est de pire en pire mais les optimistes retiendront :
- une belle manifestation ParisPhilex 2016 (bravo à la FFAP et à Phil@poste) avec de belles collections exposées et de belles rencontres,
- une écoute et une remise au centre des collectionneurs spécialisés de la part de nouveaux acteurs professionnels : expert Christain Calves pour la définition d’un timbre sans barre phosphorescente et SPINK pour la refonte de son catalogue.


Seuls les collectionneurs peuvent remettre la philatélie dans le bon sens avec l’appui d’acteurs (institutionnels ou pas) motivés.
Encore faut-il le vouloir et se donner les moyens d’une action cohérente en évitant de regarder trop dans le rétroviseur.

En 2016 tout n’était pas parfait mais admettons qu’auparavant tout n’était pas glorieux si on est un tant soit peu objectif…  
 
BONNE ANNEE 2017


3 commentaires:

Anonyme a dit…

les variétés c'est rare pour certains 3000 euro le carnet racord sur del
cliquez sur ce lien vous verrez
sachez que tout n'a pas était photographier, des lots de malades il y avait

http://www.palais-svv.fr/lots-resultats-vente.php?idvente=157

bonne année

Anonyme a dit…

Bonsoir, bel exposé sous forme de compte rendu; que de choses rentent encore à découvrir et la philatélie n'a pas encore rendu son dernier mot !!. Bonne année à tous et merci pour la précision des infos reçues. Amicalement; André F.

jerome76 a dit…

bonjour,
Meilleur voeux pour cette nouvelle année.
Merci de toutes les informations partagées!
Cordialement
jérôme76