02 mai 2016

Bloc autocollant « Caisse des Dépôts 1816-2016 »


Je suis beaucoup moins enthousiaste que Pierre Julien du journal Le Monde dans son article du 28 avril 2016.



Diffuser en petite quantité qu’aux parisiens (je ne pense pas qu’il y ait eu beaucoup de provinciaux pour un premier jour en semaine !) un Premier jour à grand renfort de publicité ne peut générer que de la frustration débouchant sur du dégoût donc encore une érosion des collectionneurs.

Echelonner une mise à disposition d’un produit, au fur et à mesure de la fabrication, montre la limite de certaines innovations qui peut aller à l’encontre de l’image véhiculée souhaitée.

Réduire un tirage au strict minimum des capacités de production donne une image déplorable de l’imprimerie de Périgueux.
En effet, ce n’est pas le savoir-faire qui est mis en avant mais l’incompétence
Pour rappel:
1. Il a été mis en vente le jeudi 28 avril au siège de la Caisse des Dépôts à Paris 3000 exemplaires (limitation à deux exemplaires par personne),
2. Il sera mis en vente au cours du dernier trimestre 2016 le solde de ce qui aura réellement été fabriqué (!!!).


La spéculation va pouvoir débuter sur les sites d’enchères…
Youpi et merci Phil@poste pour la balle tirée dans le pied…! 

A titre personnel, ne pas avoir ce produit purement philatélique ne me traumatisera pas !


Combien y-aura-t-il de timbres issus de ce bloc sur un courrier d’entreprise (EDF,…) ? En annonçant aucun je ne devrais pas être très loin de la réalité alors que la vocation première d’un timbre est bien d’affranchir du courrier.
Si tout le monde boycottait ce type de produit philatélique il y aurait bien longtemps que le service marketing de Phil@poste ne les proposerait plus…

Pour terminer, bloc autocollant au tarif Lettre jusqu'à 20g est imprimé sans barre phosphorescente donc encore moins d'intérêt pour moi...!

5 commentaires:

Sébastien a dit…

Amen !

N'était-il pas possible d'envisager un timbre moins héraldique, plus évocateur des actions de la Caisse des dépôts et émis en "anniversaire" du bincentenaire en avril 2017 tout en écoulant le stock du timbre "normal" ?

Ah non, il fallait créer du "désir" et de la "rareté".

Anonyme a dit…

Vouloir développer des niches technologiques et ne pas réussir en temps et en heure à alimenter le marché est effectivement du grand n'importe quoi!

Cela démontre un amateurisme déplorable. Phil@poste n'est plus ce qu'il était dans de nombreux domaines sauf au niveau de la communication dont les collectionneurs ne sont plus réceptifs!!!!

Anonyme a dit…


Bof ,c'est bien de pousser un coup de gueule mais comme les "veaux " de "philatéliste-spéculateur" vont tous se précipiter sur ce "gadget" ( voir la foule des grands jours file d'attente à la Caisse des dépôts ) pour en avoir un, je vois pas pourquoi Phil@poste se gênerait pour continuer ses ventes aux go-gos..
VIVE PHIL@POSTE !! et les Go-gos de philatélistes !!

Anonyme a dit…

bonjour,
comme d'habitude la province ne compte pas. Il faudrait qu'enfin la Fédération, partenaire de Phil@poste, créée de nouvelles catégories de concours par exemple la Philatélie parisienne et la philatélie provinciale, la philatélie ISF et la philatélie smic.....
les financiers qui gèrent Philaposte vont à leur perte et ce ne sont pas les point philatélie, malgré la compétence du personnel, qui vont les sauver du naufrage annoncé.
Les carnets et les roulettes Marianne émis au début de l'année qui sont en vente et déjà couramment utilisés ne sont toujours pas en vente sur le site dont un des arguments de vente est "paiement sécurisé". Peut-être pour lui car si vous n'avez pas de téléphone portable philatélie interdite.
Au fait, quelqu'un a-t-il vu le nouveau carnet DAB?
La philatélie est vraiment d'un autre temps.
Cordialement
Arthur

Anonyme a dit…

Oui Arthur,

Le nouveau carnet DAB est en vente dans le DAB de la poste Paris Wagram, sur sa façade de la rue de Prony Paris 17è.

Pour les provinciaux,j'ai d'autres "adresses" validées par la SOCO mais pas encore de carnet daté signalé. juste de petits Re rouge dans un des paquets reçus par le Carré d'Encre.

faute de grives, on mange des merles...