14 janvier 2014

La mutation de la philatélie en cours ?


Svart Riddare mentionne dans les commentaires du sondage n°15 sur la philatélie en 2013 : « À mon humble avis, la philatélie poursuit sa mutation d'un loisir de masse vers une niche élitiste, avec toutes les conséquences diverses et variées que cela implique. Cette mutation est très lente mais inexorable, le courrier personnel et donc les timbres en tant qu'objet du quotidien étant voués à complètement disparaître. » 

Je partage les propos sauf peut-être le dernier point même si les volumes des plis affranchis décroissent rapidement.
Il y aura toujours des émissions de timbres mais probablement avec des tirages plus confidentiels en particulier pour les supports gommés qui sont, bien souvent au regard du faible tirage, des émissions purement philatéliques ayant pour but de remplir des albums de timbres !

Les nouveaux modes d’affranchissement du courrier développés par les services commerciaux et marketing de l’enseigne La Postale, basés principalement sur les machines à affranchir pour les entreprises et les distributeurs automatiques pour les particuliers, au détriment des timbres imprimés par l’imprimerie de Périgueux tendent à marginaliser la philatélie traditionnelle de masse qui a toujours été privilégiée et développée par les acteurs philatéliques.
  
Il apparaît clairement qu’un changement doit s’opérer. Un constat est une chose, trouver et mettre en œuvre des actions en est une autre… !!
Cependant la philatélie doit rapidement s’adapter aux changements et proposer de nouvelles formes de collection. Toutes les activités qui n’ont pas évolué avec le temps se sont marginalisées. Même les règles sportives évoluent (rugby, volley,…) pour être plus attractives. Pourquoi la philatélie serait-elle une des dernières activités à ne pas modifier ses règles et à s’arc-bouter sur des principes et des schémas édictés depuis des décennies ??


Le sondage (probablement pas représentatif de la population philatélique française) démontre que les philatélistes que je qualifierai « d’actifs » ont pris conscience de ce changement et ont déjà modifié leur manière de collectionner en se spécialisant et en sortant des sentiers balisés. Cette philatélie peut être qualifiée « d’élitiste » par beaucoup.

L’avenir de la philatélie passe par une évolution (voire une révolution ?) qui risque de laisser un bon nombre de collectionneurs sur le bas de la route.

Tirer vers le haut la philatélie est peut-être la dernière cartouche qu’il reste à celle-ci pour intéresser des jeunes qui ont tendance très rapidement à se spécialiser.
Il y a un gros travail en profondeur à effectuer de formation et de communication. Les collectionneurs en ont-il réellement envi englués dans leurs certitudes d’un autre temps et leurs contradictions. A titre personnel j’en doute…

A titre personnel j’ai posé une pierre à l’édifice en créant un site et un blog. A chacun à son niveau en fonction de ses envies d’apporter une pierre à cette reconstruction.
La fédération (FFAP), les associations,…ne pourront pas tout faire seul. C’est à tout le monde de se remuer et de passer d’une activité philatélique souvent « passive » et « solitaire » à une activité philatélique « active » et « visible » sous peine de devenir une activité marginalisée « en voie d’extinction ».
Avec de petits cailloux coordonnés par une fédération on peut créer un bel édifice.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Analyse très pertinente.

Les collectionneurs ne cherchent effectivement pas à se remettre en cause et attendent trop d'une fédération qui ne pourra pas tout faire seule.

Anonyme a dit…

Pour la poste il faut comprendre que le timbre est devenu un produit dérivé de son activité principale.La poste cependant n'a pas encore compris que le philateliste n'est plus un client captif pret à acheter tout ce qui est proposé.