26 décembre 2013

Sondage n° 16 : Sites/blogs philatéliques non associatifs et commerciaux


Dans la sphère philatélique de nombreux sites commerciaux et associatifs sont consultables. A contrario, les blogs et les sites personnels sont relativement peu nombreux.

La création d'un blog est très simple (moins de 10') et les mises à jour ne prennent pas énormément de temps. Il suffit bien souvent de vouloir communiquer...

La création d'un site est un peu plus complexe et réclame un investissement plus important principalement dans sa phase de conception. Cependant si on n'y intègre pas des fonctionnalités complexes il n'y a rien d'insurmontable pour des non informaticiens puisque j'y suis arrivé...!!! Les évolutions et améliorations peuvent s'effectuer au fil de l'eau en fonction de l'importance des sujets, des pièces acquises et de ses disponibilités.


Le sondage ci-dessous porte sur les sites et blogs personnels.
sondage sondage sondage sondage sondage sondage sondage

23 décembre 2013

L'année 2013 et les barres phosphorescentes

L'année 2013 en nouveautés phosphorescentes aura été très pauvre en quantité, les nouveautés se comptant sur les doigts de la main, mais marquée par la (re)découverte du 0.15FF rose « Liberté de Gandon » sans barre phosphorescente, du 3.20FF bleu « Liberté de Gandon » ND sans barre phosphorescente et du carnet autocollant « La Poste célèbre les cents ans de la Semeuse de Roty » sans barre phosphorescente.

Ces trois valeurs ont un peu redonné des couleurs aux variétés phosphorescentes qui connaissent un dynamisme essentiellement avec l'apport de nouveautés. En effet le peu de nouveaux collectionneurs s'intéressant aux variétés phosphorescentes ne permet pas de générer une activité importante et de réduire les stocks sur certaines valeurs détenues en nombre depuis longtemps par les collectionneurs.

Les timbres à l'unité trouvent difficilement des acheteurs alors que nous pouvons observer un certain intérêt pour des pièces sortant de l'ordinaire (bas de feuille, bloc,...). Les fortes valeurs ont par définition un marché restreint. Du fait du budget philatélique plus ou moins élevée en fonction des collectionneurs (et probablement en baisse) il existe des seuils qui rendent certains timbres sans barre phosphorescente quasiment invendables!

L'estimation difficile des stocks disponibles, sujet complexe du fait du manque de transparence de nombreux acteurs (négoce et vendeurs sur Internet en particulier), ne permet pas une valorisation objective des variétés. La déconnexion de la réalité des catalogues philatéliques ne simplifie pas la tâche aux personnes essayant de connaître le juste prix d'une variété. 

De plus, les importantes différences de prix entre les vendeurs et une qualité pas toujours exempte de tout reproche ne favorisent pas l'ancrage des variétés phosphorescentes dans le paysage philatélique français.

Il n'y a rien de plus mauvais pour une activité économique que d'avoir des variations de prix allant du simple au double (voire bien plus!) en fonction des périodes et des "promotions" des acteurs philatéliques.
Le "bon prix" est un gage de sécurité et comme dans de nombreux domaines la dérégularisation accentuée par l'arrivée de nouveaux acteurs via Internet a mis à mal un marché stable qui était peu habitué aux grandes variations de prix.
Désormais on peut trouver un timbre chez l'un à 300€ et le trouver chez l'autre à 15€ voire 1€! Dans cette situation quel est le "bon prix"??
Même si on peut y trouver un intérêt à court terme cette situation nuira dans les années à venir à la philatélie moderne. Cet état de fait est probablement lié à une offre largement supérieure à la demande (sauf exception) accentuée parfois par des pièces dont l'origine est douteuse et/ou de qualité médiocre. 

Le "bon prix" est celui proposé généralement par quelqu'un connaissant parfaitement le marché (connaissance des recherches du client, connaissance du stock, évolution des ventes,...). Ce prix peut augmenter si les stocks baissent ou baisser si les stocks augmentent mais en aucun cas faire le yoyo comme un cours de change.

Les personnes pouvant s'arguer de connaître parfaitement le marché des variétés modernes ne se comptent même pas sur tous les doigts d'une main!

Il serait peut-être temps de les écouter et les soutenir (même s'ils sont souvent un peu plus chers) pour stabiliser un marché qui part dans tous les sens, qui engendre finalement beaucoup de mécontents et qui risque de mettre à mal très rapidement la philatélie moderne qui devrait être un des moteurs du renouveau de la philatélie avec l'étude de sujets très peu ou pas du tout explorés actuellement.  

Je n'aborde pas volontairement les types d'impression et le nombre des émissions annuelles. Ce sujet a déjà été largement débattu, est trop corporatiste à mon goût et ne me semble pas le plus important même si je peux concevoir qu'il soit un cheval de bataille pour certains collectionneurs! 
A titre personnel cette année 2013 a été une année passionnante avec:
- l'acquisition de bas de feuille et coins datés pour illustrer les dates charnières de l'étude des barres phosphorescentes
- l'acquisition de beaux ensembles (essais Entiers de l'Isère, essai 0.50FF rouge « Marianne de Béquet » sur RGR-1,...) et de quelques pièces que je recherchais depuis longtemps (carnet 0.50FF rouge « Marianne de Béquet » au type A,...) que vous pouvez retrouver sur le site www.timbres-barres-phosphorescentes 
- la mise en ligne de la version V2 du site www.timbres-barres-phosphorescentes et de la refonte de plusieurs parties

Malheureusement, les tirages "spéciaux" « Liberté de Gandon » apparus récemment ont apporté une tâche qui risque de laisser des traces difficile à effacer dans ce tableau.

L'année 2014 risque d'être plus insipide sauf s'il y a de nouvelles découvertes ou de nouvelles presses mises en service.
Je n'ai toujours pas envi, l'investissement personnel est trop important, de monter une collection sur le phospho pour la présenter dans des cadres même si j'ai de la matière.

Bonnes fêtes de fin d'année

20 décembre 2013

18 décembre 2013

ALERTE - 1.60FF vert « Liberté de Gandon » sans barre phosphorescente

Le type de papier permettrait de différencier les deux tirages du 1.60FF vert « Liberté de Gandon » sans barre phosphorescente.

En effet, sous lampe U.V. :

- le tirage spécial est Mat (réalisé sur RGR?)



- le tirage du 24.08.82 sur RGR-2 est Lum(ineux)



Il a été découvert il y a plusieurs années une version (3e tirage?) avec un papier Mat qui sera peut-être différentiable par le type de gomme.

Il va vraiment falloir désormais, même si ce n'est pas dans la culture philatélique française, intégrer la notion de type de papier (Mat, Lum, couché, Whiley,...) dans les descriptions des timbres modernes.

Merci à Bruno pour l'information sur l'aspect du tirage spécial.

14 décembre 2013

ALERTE - Timbres sans barre phosphorescente « Liberté de Gandon »

Des valeurs « Liberté de Gandon » peu communes (1.60FF vert et 1.80FF rouge) sans barre phosphorescente sont proposées à la vente sur le marché philatélique depuis peu. Elles sont toutes signées de l'expert Pascal SCHELLER qui n’est pas réputé pour être un spécialiste des timbres avec barres phosphorescentes (!!!!)




Ces valeurs, avec une valorisation importante dans les catalogues spécialisés, vendues en bloc ou à l'unité ne sont pas issues d'une altération accidentelle du phospho (ex: 1.80FF rouge) ou d'un décalage de l'impression des barres phosphorescentes (ex: 1.60 vert) mais de "l'apparition" de feuilles intégralement sans barre phosphorescente et sans indication de service (à confirmer par un scan).


L'absence d'indication de service entérinerait la thèse d'essais de fabrication (couleur, cylindre,...) avec débrayage des modules d'impression typographiques des barres phospho et des inscriptions de service.
Nous ne serions donc pas en présence d'une absence accidentelle de barres phosphorescentes mais de "semi-finis" qui n'auraient pour but que de tromper le collectionneur et répondre à une demande du marché.



A date les variétés phosphorescentes occasionnelles sur les valeurs précitées ne sont signées que par R. Calves ou certifiées par P. Marziano et sont assez facilement identifiables:
- sans phospho (BdF gauche) tenant à un barre à gauche pour le 1.60FF vert (papier Lum sous lampe U.V.)
- papier Lum sous lampe U.V. avec fil de soie (TD6) et sans fil de soie (RGR) pour le très rare 1.80FF rouge de feuille connu à l’état neuf et sur fragment. Un des tirages (2e tir. sur TD6) est connu uniquement sur lettre avec un décentrage très caractéristique.
Il existe également des timbres sur fragment issus de carnet sur cette dernière valeur.
 

Il sera donc assez facile d’identifier l’origine des timbres mis en vente par la configuration ou le type de papier, le centrage voire la couleur pour les timbres isolés.

 
Certains négociants ferment les yeux dans un but purement mercantile. Ils scient la branche sur laquelle ils sont assis car ils n’ont qu’une vision financière à court terme.

Les experts signent la qualification de la l'anomalie et ne tiennent compte que très rarement de la provenance même si elle est douteuse..
Ces pièces sont plus dangereuses que les non dentelés ou anomalies d’impression dont l’origine douteuse est très facilement identifiable et qui ne valent que le prix qu’un acheteur veut bien mettre.

La différenciation entre les origines est importante car entre des timbres connus à quelques exemplaires et d’autres en 100 exemplaires (au minimum) la valorisation ne peut pas être la même.
 

N'hésitez pas relayer cette information le plus largement possible et surtout à boycotter les vendeurs des pièces qui ne mentionneraient pas l’origine et les proposeraient à un prix égal à ceux connus initialement.
Les catalogues de cotation n’identifieront pas les différents tirages mais les spécialistes oui…!
 

Ne soyez pas les complices et n’essayez pas à n’importe quel prix de combler un vide dans votre collection, même si on vous certifie qu’il n’y a pas de différences dans le seul but de vendre, car il y aura automatiquement des différences. Ces dernières seront rapidement communiquées dans les publications spécialisées (Cercle des Amis de Marianne, SO.CO.CO.DA.MI.), blogs spécialisés,…).
N’hésitez pas à demander des comptes si vous avez acquis récemment des timbres, il en va de la crédibilité de la philatélie moderne.

Les preuves étaient sur Ebay.



Les lots ne sont plus en vente mais les liens sont toujours actifs!

http://www.ebay.fr/itm/FRANCE-n-2219a-BLOC-DE-4-LIBERTE-VARIETE-SANS-BANDE-DE-PHOSPHORE-TTBE-/291030327168?pt=FR_YO_Timbres_timbres&hash=item43c2c25f80

10 décembre 2013

Carnet autocollant « La Poste célèbre les cents ans de la Semeuse de Roty » - Sans barre phosphorescente

Exceptionnelle découverte sur le carnet autocollant « La Poste célèbre les cents ans de la Semeuse de Roty » imprimé le 09.10.13 sur la presse RGR-2 avec la présence de deux timbres sans barre phosphorescente sur les cases 2 et 7.


A noter que les timbres de gauche sont quasiment avec une seule barre phosphrescente à gauche, la barre phosphorescente de droite étant très faiblement rémanente.

Carnet expertisé et signé (au dos sur la couverture) C. Calves

05 décembre 2013

Pablo Casals - Sans barre phosphorescente

Le timbre « Pablo Casals » imprimé en 2006 en héliogravure existe sans barre phosphorescente.



Malgré son référencement dans le catalogue Maury ce timbre m'était inconnu (!).
Un timbre passé complètement inaperçu peut-être pour beaucoup...

03 décembre 2013

Feuille n° 81741-2 du 0.50FF rouge « Marianne de Béquet »

La feuille n° 81741-2 du 0.50FF rouge « Marianne de Béquet » imprimée le 18.03.73 sur la presse RGR-1 est une pièce majeure de l’étude sur les barres phosphorescentes.


(Feuille n° 814741-2 sous lampe U.V.)

En effet cette feuille d’essai sur la nouvelle presse RGR-1 (Rotative Grand Rendement n°1) montre les difficultés rencontrées par l’ITVF pour mettre au point l’impression des barres phosphorescentes.

Suite à ces essais il apparaît que l'encre phosphorescente au type A est incompatible avec l'encre imprimant les figurines, en effet à l'emplacement des barres phosphorescentes sont visibles de fortes bavures.
(Sous lampe U.V., fortes bavures)


(Sous lampe U.V., impression irrégulière des barres phosphorescentes et décalées)
 
Il en résultera la mise au point d’une nouvelle encre imprimée en typographie, spécifique à la presse RGR-1, qui sera classifiée par la suite comme étant au type C par les philatélistes.

Ex collection Jean Renard