23 décembre 2013

L'année 2013 et les barres phosphorescentes

L'année 2013 en nouveautés phosphorescentes aura été très pauvre en quantité, les nouveautés se comptant sur les doigts de la main, mais marquée par la (re)découverte du 0.15FF rose « Liberté de Gandon » sans barre phosphorescente, du 3.20FF bleu « Liberté de Gandon » ND sans barre phosphorescente et du carnet autocollant « La Poste célèbre les cents ans de la Semeuse de Roty » sans barre phosphorescente.

Ces trois valeurs ont un peu redonné des couleurs aux variétés phosphorescentes qui connaissent un dynamisme essentiellement avec l'apport de nouveautés. En effet le peu de nouveaux collectionneurs s'intéressant aux variétés phosphorescentes ne permet pas de générer une activité importante et de réduire les stocks sur certaines valeurs détenues en nombre depuis longtemps par les collectionneurs.

Les timbres à l'unité trouvent difficilement des acheteurs alors que nous pouvons observer un certain intérêt pour des pièces sortant de l'ordinaire (bas de feuille, bloc,...). Les fortes valeurs ont par définition un marché restreint. Du fait du budget philatélique plus ou moins élevée en fonction des collectionneurs (et probablement en baisse) il existe des seuils qui rendent certains timbres sans barre phosphorescente quasiment invendables!

L'estimation difficile des stocks disponibles, sujet complexe du fait du manque de transparence de nombreux acteurs (négoce et vendeurs sur Internet en particulier), ne permet pas une valorisation objective des variétés. La déconnexion de la réalité des catalogues philatéliques ne simplifie pas la tâche aux personnes essayant de connaître le juste prix d'une variété. 

De plus, les importantes différences de prix entre les vendeurs et une qualité pas toujours exempte de tout reproche ne favorisent pas l'ancrage des variétés phosphorescentes dans le paysage philatélique français.

Il n'y a rien de plus mauvais pour une activité économique que d'avoir des variations de prix allant du simple au double (voire bien plus!) en fonction des périodes et des "promotions" des acteurs philatéliques.
Le "bon prix" est un gage de sécurité et comme dans de nombreux domaines la dérégularisation accentuée par l'arrivée de nouveaux acteurs via Internet a mis à mal un marché stable qui était peu habitué aux grandes variations de prix.
Désormais on peut trouver un timbre chez l'un à 300€ et le trouver chez l'autre à 15€ voire 1€! Dans cette situation quel est le "bon prix"??
Même si on peut y trouver un intérêt à court terme cette situation nuira dans les années à venir à la philatélie moderne. Cet état de fait est probablement lié à une offre largement supérieure à la demande (sauf exception) accentuée parfois par des pièces dont l'origine est douteuse et/ou de qualité médiocre. 

Le "bon prix" est celui proposé généralement par quelqu'un connaissant parfaitement le marché (connaissance des recherches du client, connaissance du stock, évolution des ventes,...). Ce prix peut augmenter si les stocks baissent ou baisser si les stocks augmentent mais en aucun cas faire le yoyo comme un cours de change.

Les personnes pouvant s'arguer de connaître parfaitement le marché des variétés modernes ne se comptent même pas sur tous les doigts d'une main!

Il serait peut-être temps de les écouter et les soutenir (même s'ils sont souvent un peu plus chers) pour stabiliser un marché qui part dans tous les sens, qui engendre finalement beaucoup de mécontents et qui risque de mettre à mal très rapidement la philatélie moderne qui devrait être un des moteurs du renouveau de la philatélie avec l'étude de sujets très peu ou pas du tout explorés actuellement.  

Je n'aborde pas volontairement les types d'impression et le nombre des émissions annuelles. Ce sujet a déjà été largement débattu, est trop corporatiste à mon goût et ne me semble pas le plus important même si je peux concevoir qu'il soit un cheval de bataille pour certains collectionneurs! 
A titre personnel cette année 2013 a été une année passionnante avec:
- l'acquisition de bas de feuille et coins datés pour illustrer les dates charnières de l'étude des barres phosphorescentes
- l'acquisition de beaux ensembles (essais Entiers de l'Isère, essai 0.50FF rouge « Marianne de Béquet » sur RGR-1,...) et de quelques pièces que je recherchais depuis longtemps (carnet 0.50FF rouge « Marianne de Béquet » au type A,...) que vous pouvez retrouver sur le site www.timbres-barres-phosphorescentes 
- la mise en ligne de la version V2 du site www.timbres-barres-phosphorescentes et de la refonte de plusieurs parties

Malheureusement, les tirages "spéciaux" « Liberté de Gandon » apparus récemment ont apporté une tâche qui risque de laisser des traces difficile à effacer dans ce tableau.

L'année 2014 risque d'être plus insipide sauf s'il y a de nouvelles découvertes ou de nouvelles presses mises en service.
Je n'ai toujours pas envi, l'investissement personnel est trop important, de monter une collection sur le phospho pour la présenter dans des cadres même si j'ai de la matière.

Bonnes fêtes de fin d'année

8 commentaires:

Anonyme a dit…

La question du "juste prix" existe depuis la nuit des temps... L'acheteur comme le vendeur doit connaître la valeur de ce qu'il vend ou convoite. D'où l'intérêt de se constituer une documentation la plus pointue possible.
Adhérer à des associations spécialisées, consulter des sites web, des expositions, échanger avec des collègues, permet de se faire sa propre expérience.
Les professionnels (experts et négociants...) ont leur place pour conseiller le collectionneur.
Mais pourquoi bouder son plaisir en trouvant une pièce rare à un coût modique ? Ou tout simplement refuser de payer une pièce sur-cotée ?
La meilleure protection reste le partage de l'information, sauf que... Certains se gardent bien de le faire pour protéger et valoriser financièrement leurs trouvailles...
Le joueur communique rarement sa main avant de l'abattre sur la table ! Le jeu de la comédie humaine se retrouve dans le domaine de la collection, cela participe très certainement à son intérêt !
Bref, ne jamais oublier que la philatélie reste une passion, vouloir réaliser un investissement peut se révéler hasardeux !...

Anonyme a dit…

très beau commentaire de l'anonyme, rien à ajouter... La Beaujard 20grs LETTRE VERTE sans pho à cause d'un piquage à cheval a été oubliée dans la liste des trouvailles de 2013.

Anonyme a dit…

Il faut rajouter que La Poste entretient ce flou par la diffusion des timbres.
En 2013 les abonnés aux nouveautés n'ont pas eu les timbres de roulette gommés avec leur abonnement. Il suffit de consulter le web pour s'apercevoir que le bénéfice pour les heureux possesseurs de ces nouveautés est de 30 %.
A quand des catégories fédérales pour les philatélistes de Paris qui peuvent les acheter à la faciale alors que les provinciaux sont taxés?
Devant un tel problème la bande pho devient bien secondaire.
Arthur

Anonyme a dit…

Le centralisme parisien existe dans tous les domaines donc inutile de débattre pendant des heures sur ce sujet.

Anonyme a dit…

>Ne jamais oublier que la philatélie reste une passion, vouloir réaliser un investissement peut se révéler hasardeux !...

Beaucoup trop de collectionneurs oublient cette évidence!!!!
Merci de l'avoir redite.

TIMBREPHOSPHO a dit…

Bonjour,

Effectivement il ne faut pas oublier qu'une passion doit rester une passion.

Anonyme a dit…

Pour assouvir sa passion encore faut-il en avoir les moyens.
Arthur

JMC a dit…

Bonjour
Des provinciaux peuvent ègalement acheter à la faciale, en passant par des clubs ayant un service des nouveautés. Mon club a ce service et l'on peut acquérir uniquement les timbres souhaités.