18 décembre 2013

ALERTE - 1.60FF vert « Liberté de Gandon » sans barre phosphorescente

Le type de papier permettrait de différencier les deux tirages du 1.60FF vert « Liberté de Gandon » sans barre phosphorescente.

En effet, sous lampe U.V. :

- le tirage spécial est Mat (réalisé sur RGR?)



- le tirage du 24.08.82 sur RGR-2 est Lum(ineux)



Il a été découvert il y a plusieurs années une version (3e tirage?) avec un papier Mat qui sera peut-être différentiable par le type de gomme.

Il va vraiment falloir désormais, même si ce n'est pas dans la culture philatélique française, intégrer la notion de type de papier (Mat, Lum, couché, Whiley,...) dans les descriptions des timbres modernes.

Merci à Bruno pour l'information sur l'aspect du tirage spécial.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Merci pour ces précisions précieuses.

Anonyme a dit…

Bonne idée de s'intéresser enfin aux papiers utilisés. Les Suiises le font déjà et les Australiens vont eux jusqu'à indiquer le nom du fournisseur.
Pour les timbres autocollants il sera aussi intéressant de connaitre les natures des colles et leurs solvants. En effet les timbres imprimés en héliogravure ou en offset se décollent à l'eau alors que les timbres d'usage courants imprimés en taille-douce sur les TD ou la RGR sont impossibles à décoller dans l'eau. Ces timbres, pourtant certifiés FSC, sont imprimés dans le respect de normes écologiques mais il faut utiliser des solvants dangereux pour les décoller. On est maintenant devant une pollution délocalisée, il fallait y penser.
Arthur

Anonyme a dit…

La norme FSC ne correspond pas à une norme écologique mais a un label environnemental relatif a la gestion des forêts dont provient le bois.

Elle permet d'afficher une image et de porter un message "écolo".

La Poste se garde bien de communiquer explicitement sur la provenance des papiers et des bois pour ne pas se mettre à dos les sylviculteurs français.

Le site de la FSC confirme que tout leur papier est produit hors d'Europe (d'Amérique du Sud ou d'Afrique sans doute).

La Poste occulte bien sûr aussi de prendre en compte l'impact du transport (de ce bois ou du papier) dans son bilan environnemental, comme elle tait l'augmentation des transports routiers affrétés par ses soins (+10 ou 15% depuis 3 ans je crois savoir) depuis la mise en place de la - soit-disant écolo - Lettre Verte.
L'avion présenté comme bouc émissaire, semble n'avoir été remplacé que par des norias de camions.

sur un Paris-Nice ou un Toulouse-Lille cherchez l'erreur.