12 juin 2010

Feuilles « 40e anniversaire de l’Imprimerie de Périgueux »

Les quatre feuilles proposées à la vente pour commémorer le 40e anniversaire de l'Imprimerie de Périgueux-Boulazac uniquement au Salon Planète Timbres ne font pas plaisir et font grincer des dents à la plupart des philatélistes mais cette pratique d'émission d'un bloc (ou feuille désormais) uniquement sur le lieu de la manifestation philatélique n'est pas nouvelle.

Ce type d'émission avec une valeur faciale élevée a toujours existé et a généré les pièces les plus chères depuis les années 1920.....!

Voici quelques exemples avec la cote (1) associée des blocs gommés émis lors d'expositions philatéliques:
Exposition Philatélique Internationale de Paris de 1925 (4 x 5.00FF) : 3600€
Exposition Philatélique Internationale de Strasbourg de 1927 (5.00FF + 10.00FF) : 2500€
Exposition Philatélique Internationale de Paris (PEXIP) de 1937 (0.05FF, 0.15FF, 0.30FF et 0.50FF) : 750€
Exposition du Centenaire du Timbre de Paris (CITEX) de 1949 (10 x 10.00FF) : 765€
Exposition Philatélique Internationale de Paris (PHILATEC) de 1964 (8 x 1.00FF) : 275€
Exposition Philatélique Internationale de Paris (ARPHILA) de 1975 (2.00FF, 3.00FF, 4.00FF et 6.00FF) : 9€
...
Soit la petite somme (!) de plus de 8000€ pour obtenir des timbres émis spécialement lors d'évènements philatéliques entre 1925 et 1975 au siècle dernier...

Proposez à un négociant une collection de timbres français après 1900 avec ou sans ces blocs et comparez l'estimation.

Soyons donc "indulgent" avec la politique d'émission de Phil@poste, les pratiques d'émissions philatéliques ne datent d'aujourd'hui et de nombreuses personnes y ont trouvé leur compte financièrement au regard des écarts entre la valeur d'achat d'origine et le prix de vente actuel.

Je suis un peu provocateur mais Phil@poste n’a fait que copier ce que les aînés avaient élaboré au siècle dernier

Espérons uniquement que les chances soient équitables pour les personnes présentes sur le lieu du Salon souhaitant acquérir ces produits philatéliques.

Pour plus de détails sur ces 4 feuilles, voir les articles de Dominique sur ce sujet du 11/06/10:
-
article n°1
- article n°2

(1) Catalogue Y&T 2003

3 commentaires:

Anonyme a dit…

et voir aussi le site de la SOCOCODAMI.

Lulu a dit…

Bonjour,
Ce n'est pas parce que certaines pratiques néfastes ont déjà eu lieu qu'il faut excuser les mêmes actuelles. En outre, pour certains de ces anciens blocs, s'ils étaient vendus lors de la manifestation, ils pouvaient être obtenus par correspondance et pendant un certain temps ; de plus, une partie (ou le tout?) correspondait au prix de l'entrée à la manifestation. De même, les prix des productions antérieures n'avaient rien de comparables avec ce qui est (était) actuellement proposé.
Enfin, le recours à un huissier pour faire constater que le nombre de feuilles vendues correspond au tirage annoncé, me fait doucement rigoler. C'est exactement la procédure utilisée par certains margoulins qui voulaient donner à leur production de surcharges de la Libération un caractère d'authenticité. De plus, si l'huissier en question a constaté que les 4000 jeux de feuilles qui étaient parties de Périgueux étaient les mêmes que celles qui ont été déballées devant le public à Vincennes, la question qui se pose est : n'y aurait-il pas quelques feuilles mises en réserve ? Après tout, il n'était pas derrière les machines ; les cylindres, viroles ou autres ont-ils été détruits ?
Bref, c'est « du pipeau ».
Lulu

Anonyme a dit…

Bonsoir Lulu,

Tout a fait d'accord avec ces propos.

Une seule feuille aurait du être proposée contre un billet d'entrée avec possibilté pour les personnes qui le souhaitait d'en acheter d'autres en ce rendant au stand de

La Poste ou en les commandant.
L'huissier est effectivement du "pipeau" car rien ne prouve qu'il n'y ait pas des stocks à Périgueux.

C'est désormais aux instances philatéliques de réagir....

Olivier